Biographie


Maurice BUFFET (1909 - 2000)

De la réalité poétique au surréalisme symbolique


   

Maurice Buffet est né aux Sables d’Olonne en 1909 de parents vendéens. Le contact avec la mer le marque profondément.

Etudes au collège de DREUX. Se consacre à l’art du vitrail qu’il étudie à Chartres puis à Paris où il travaille comme dessinateur-maquettiste chez le Maître verrier Jacques Gruber Il participe aussi à des projets de glaces décoratives pour le Paquebot ILE de FRANCE. Se lie d’amitié avec Francis Grubert et fréquente Montparnasse où il fait la connaissance de Soutine et Kisling ainsi que du Groupe de la Brasserie du Select.

1927 : Il entre à l’Ecole des Arts Décoratifs puis l’Ecole des Beaux Arts de Paris. Diplômes obtenus.

1934 : Il crée un Atelier de Vitrail à TOURS.

1937 :  Il se fixe à SEVRES où son épouse, professeur agrégée d’anglais est nommée.

1940 : Il est fait prisonnier en juin, s’évade et passe en zone libre à Lyon où il reste 18 mois.
Devenu clandestin, il fait des travaux de décoration, d’illustration et peut se consacrer pleinement à la peinture.

1946 : Première exposition personnelle à la Galerie Carmine, qui connaît un vif succès tant auprès du public et des critiques et particulièrement auprès de Gertrude Stein.
Sa peinture intéresse d’autres peintres qui l’invitent à participer à divers Groupes tels La Poésie du réel, La Réalité poétique, Les TROIS DIMENTIONS (Durand Ruel).
Il publie un Album de Lithographies sur la Cathédrale de Chartres (alors dépouillée de vitraux). Ouvrage en tirage limité sur presse à bras (Lucien Détruit) ; la Cathédrale y est magnifiée et vue sous un jour nouveau.
Il expose dans diverses Galeries parisiennes.

1948 : Bernard Buffet fait une entrée très médiatisée dans le monde de la peinture. Maurice Buffet est alors contraint de renoncer aux galeries parisiennes... Doit-il changer de nom alors qu’il est déjà connu... ?
Maurice Buffet persiste : Peintre de recherche, il décide de se consacrer quelque temps à l’étude de la nature afin de se dégager de toute influence étrangère à lui-même et d’approfondir sa vision du réel.
Il est désormais plus connu des peintres et des connaisseurs que du grand public.

1954 : La Ville de Paris lui achète plusieurs toiles.
Nommé sociétaire au SALON D’AUTOMNE.

1955  : Participe au Salon LES GRANDS ET LES JEUNES D’AUJOURD’HUI.
Première mention au GRAND PRIX DE LA VILLE DE PARIS.

1958  : Sociétaire à la NATIONALE DES BEAUX ARTS dont il deviendra PRESIDENT -Section peinture-.
Achats de l’ETAT notamment pour le Palais de Tokyo d’une toile exposée chez Durand Ruel.

1959 : Grand Prix du Conseil Général de Seine et Oise pour sa toile Auberge de la Tête noire à Bellevue .

1960 : Expo particulière dans le cadre des Fêtes mariales consacrée aux vitraux de Chartres « MURS de LUMIERE » ; Les vitraux de la Cathédrale sont une fusion lumineuse aux limites de l’abstraction et pourtant identifiables aux initiés.
Expose à Terres Latines. Il exposera régulièrement durant tous les salons de cette importante manifestation.

1961  : L’exposition Murs de Lumière va à New York (Vera Lazuk Gallery) ; même enthousiasme du public, même grand succès. Désormais il se tourne vers les Etats-Unis où plusieurs marchands américains lui font des achats réguliers Mais à Paris il se refuse à faire une exposition particulière, barré par la malencontreuse homonymie.
Les expositions se succèdent aux USA "Sagittarius Gallery", Dallas « Galerie Barbizon ».

1962  : Expo particulière à Cannes : GALERIE FRANCAISE (Terres de soleil).

1964  : Grand prix de l’automobile (Le Mans).
Maurice Buffet voyage. En Italie : Bomarzo, les Lacs italiens, Venise, la Guidecca. provoquent un choc et une réelle découverte dont se ressentira désormais toute son œuvre.

1966 : Avec l’appui de la Galerie ROR WOLMAR il se décide à montrer de nouveau ses œuvres à PARIS (Thème des paradis perdus). Les critiques sont bonnes : il peut y avoir deux BUFFET, mais pour le public le prénom reste à faire...
Grand PRIX SIGNATURES (Réalité Poétique).

1967  : Il expose à la Biennale des Arts de Cannes et reçoit le Grand Prix MICHEL ANGE.

1968  : Il participe à l’EXPOSITION DES PEINTRE TEMOINS DE LEUR TEMPS, dont il fera partie chaque année.
Grand PRIX DU CONSEIL GENERAL avec la toile « Auberge de la Tête noire à Bellevue ».

1969  : Diverses expositions : Galerie MIRAGE à Montpellier, Galerie du Beffroy à Fougères.
Galerie REFLETS à Bruxelles...

1970 : Exposition à la Galerie Manuel Rudolf à BERNE.

1971 : Peintre reconnu Maurice Buffet vit désormais de sa peinture.
Il participe à la plupart des Salons d’Ile de France (Juvisy, Colombes, Vanves, Viroflay, ST Maur, Sceaux, Versailles, Antony, Velizy. Il y est fréquemment membre du jury.

1977  : Prix PUVIS DE CHAVANNES -Société Nationale des Beaux arts-

1980  : Invité d’honneur à la Maison de la culture de Taverny. La Mairie se porte acquéreur de la toile qui obtient le Grand Prix de l’exposition.

1981  : Grand succès à l’Exposition France-Japon à TOKIO.

1989  : Maurice Buffet à 80 ans. Expose à la galerie du Lys blanc à PARIS.
Présente 53 Toiles au Palais des Festivals de ST Jean de Monts qui sont représentatives de ses recherches notamment dans le cadre du surréalisme symbolique.

1990  : Décès de son épouse Marcelle à son domicile de SEVRES.

1992  : Il est l’invité d’honneur de l’exposition « Les Artistes Présents » du Salon du Bourget.

1993 : Invité d’honneur au Salon de SEVRES : SEL.

2000 : Il continue de peindre malgré son grand âge et, très affecté par le décès de son épouse, il s’éteint à son domicile de Sèvres en juin 2000.

2001 : Exposition Galerie Rapin Gabillet (Paris).